Comment ça marche


RECHERCHE DU PROFIL SONORE


Basée sur la qualité de l’écoute, l’évaluation du profil sonore intègre dans un processus psychologique ce que la personne dispose sur le plan sensoriel.

L’écoute étant une action, elle s’exprime par un ensemble de compétence rélationnelles se servant principalement de l’audition (phénomène physiologique) pour entre en relation avec son environnement proche


Les tests psychosensoriels dépistent les dysfonctions, déterminent le profil sonore et guident le traitement.

SENSIBILITÉ AUX SONS

Ce test recherche le son plus faible perçu à chaque fréquence testée et détermine la courbe de perception .
Ce test donne une représentation de l’état émotionnel et comportemental du sujet : selon la courbe obtenue, on peut retrouver un état d’anxiété ou d’hyperémotivité, l’ypersensibilité, du manque de confiance en soi, un sentiment d’abandon, ou encore, une dépression, de l’introversion.


RÉACTIVITÉ AUX SONS

Elle est un indice des facultés de concentration, de prise de décision et de fatigabilité.


CENTRAGE DES SONS

À l’instar de la main et de l’œil et selon le sujet, le système d’écoute s’oriente avec une dominance à gauche ou à droite. Si l’information sonore est conduite davantage par l’oreille droite elle agira principalement sur l’hémisphère gauche, (langage, analyse, rationalité). À contrario, l’information agira principalement sur l’hémisphère droit (prosodie, émotion, créativité) si le sujet présente une dominance à gauche.
Définir la latéralité auditive permet de mieux orienter le traitement pour un meilleur équilibre fonctionnel des deux hémisphères.


DISCRIMINATION FREQUENTIELLE

Ce test mesure la capacité à reconnaître les différences des hauteurs des sons.
Une discrimination perturbée dénote des blocages de l’affectivité (attitude défensive, peurs), des difficultés relationnelles, (mauvaises interprétations, contresens) et relève aussi des difficultés de tout forme d’apprentissage notamment du langage ou d’une langue étrangère.
Comme pour les daltoniens, nous pouvons bien entendre mais mal écouter.


DISCRIMINATION DES RYTHMES

Ce test invite à reconnaître les différences de diverses formes rythmiques. Une difficulté à discerner les rythmes, peut être relié à des difficultés de concentration et des difficultés d’intégration du langage ou d’une langue. Le test de perception des rythmes sont très utiles dans l’évaluation des capacités scolaires, notamment linguistiques.


TOLÉRANCE AUX NUISANCES SONORES

Un sujet avec une bonne souplesse doit être capable d’écouter pendant quelques secondes une musique émise au volume de 80, 90 décibels sans gêne, sans crispation et sans douleur.
Les nuisances sonores affectent notre système auditif certes, mais aussi le système cardiovasculaire et immunitaire ; ils peuvent affecter le sommeil et conditionner la vie entière d’une personne.
Certaines personnes, « allergiques » aux bruits, se sentent fatigués, irritables, épuisés, souvent preuve d’un manque de souplesse des muscles de la caisse du tympan qui ont, entre autre, le rôle d’amortisseur des sons forts.