Hipérion : améliorations dans différents aspects du comportement des personnes ainsi qu’une diminution significative de l’hypersensibilité auditive.

En 1964, l’association américaine Speech-Language-Hearing a publié les effets de la méthode AIT sur l’hypersensibilité au bruit des autistes (1964). Les travaux de recherche par Edelson et Rimland concernaient la méthode AIT de Berard. Cette étude a démontré des améliorations dans différents domaines de la compréhension et une diminution de l’hypersensibilité au bruit.

L’hypersensibilité au bruit

Avant, ce phénomène si fréquent était négligé. En fait, on ne pratiquait pas de test pour le mettre en évidence. Même si on remarque de façon évidente la sensibilité au bruit des autistes et des personnes souffrant du syndrome de Williams, on n’a pas fait grand-chose. Mais avec l’augmentation de la population autiste on a porté plus d’intérêt à l’hypersensibilité au bruit. En effet, cette prise de conscience a permis d’ouvrir des voies de compréhension sur l’hypersensibilité au bruit des personnes non autistes.

Les pics d’hypersensibilité

Selon le docteur Berard, les pics auditifs correspondent à des fréquences qui sont entendues avec une plus grande sensibilité ou “trop bien”. Cela peut donner suite à une irritabilité, à un inconfort et à une distorsion vis à vis des bruits. En effet, des tests audiométriques montrent souvent des pics d’hypersensibilité. Ensuite on filtre les pics d’hyperacousie grâce à un dispositif éléctronique pendant les 20 séances d’AIT. Le docteur Berard a développé un protocole pour déterminer quand utiliser les filtres. L’étude de Rimlandet de Edelson a suivi ce protocole pour leurs travaux de recherche effectués de 1992 à 1993 et publiés en 1994.

Publication

Un des objectifs de la recherche était d’évaluer l’utilisation des filtres selon le protocole de Berard. L’objectif était de réduire les pics de sensibilité, réduire les creux et leur variabilité. Or, si l’audiogramme est relativement linéaire on considère qu’il y a peu de variabilité. Autrement dit, il y a peu de pics et peu de creux. En revanche, si les distorsions sont nombreuses (beaucoup de pics et de creux ), la personne risque d’avoir des possibles répercussions sur sa perception des sons.

Dans l’étude, les sujets se sont repartis en deux groupes. Un premier groupe, qui présentait des pics écoutait de la musique filtrée. Un deuxième groupe, écoutait de la musique non filtrée malgré la présence de pics. Les résultats de cette étude ont démontré une réduction significative de la variabilité des pics entre les deux groupes.

Continuez la lecture en cliquant sur le lien ci-après : Thérapie Hipérion – Hypersensibilité au Bruit – Santé Intégrative, 2008

L’amélioration rapide contre la sensibilité au bruit par le traitement Hipérion®, s’avère flagrante.