Thérapie Hipérion après un AVC.

Ce rapport de cas présente le rétablissement de l’équilibre et l’amélioration des fonctions cognitives après un AVC par la thérapie sonore Hipérion. La patiente (54 ans) présentait une rupture d’anévrisme et une hydrocéphalie traitée par shunt. Entre autre, elle avait des antécédents d’anorexie. En conséquencen conjointement au protocole conventionnel, nous avons utilisé un protocole de stimulation auditive Hipérion – Alternating and Filtering Auditory Training (AFAT).

A l’entrée en unité, l’examen neurologique montrait une instabilité posturale, une hémi-hyposthénie, une ataxie proprioceptive du côté gauche. De plus, on observait aussi un état confusionnel comprenant une désorientation temporospatiale, des troubles de la mémoire et une perte auditive unilatérale gauche.

Le traitement Hipérion (AFAT)

D’abord, le traitement AFAT a commencé deux semaines après le début du programme de neuroréhabilitation conventionnel au vu d’une grande détresse et d’inertie de la patiente malgré les soins. Alors, de manière inattendue nous avons observé une récupération rapide de la perte auditive unilatérale gauche. De même, nous avons constaté une amélioration de l’équilibre et des fonctions cognitives et motrices. En conclusion, ce rapport démontre que les patients qui suivent une rééducation conventionnelle après un AVC, peuvent bénéficier en même temps d’une stimulation sonore adaptée. En effet, une amélioration précoce des troubles pourrait permettre des temps de rééducation plus courts.

Contexte

Avant tout, les systèmes vestibulaire, proprioceptif et visuel fournissent les informations nécessaires au maintien de l’équilibre statique et dynamique. Or, ces fonctions peuvent toutes être affectées chez les patients victimes d’un AVC [1].  En effet, le rôle et l’évaluation de l’audition dans ce contexte n’ont pas encore étés bien déterminés même si des études ont mis en évidence l’association entre les déficits auditifs et l’incidence de chutes, d’instabilité posturale et de mobilité réduite [2]. Bien que, la perte auditive neurosensorielle (SNHL) ne soit pas traditionnellement considérée comme une caractéristique de l’hydrocéphalie, en littérature on trouve de plus en plus de preuves sur le lien entre l’altération cérébrospinale du liquide céphalo-rachidien (LCR) et les dysfonctions auditives [3].  

Les études

Effectivement, des études sur la pratique musicale régulière ont démontré qu’elle améliore efficacement la structure et la fonction de nombreuses régions du cerveau, faisant de la musique un outil de rééducation neurologique [4]. A cet égard, dans ce domaine, la musicothérapie s’est avérée être une approche efficace dans la récupération de la dysfonction motrice chez les patients victimes d’un AVC [5]. En conclusion, une autre étude qui soutien le rôle de l’audition a montré que l’utilisation de la thérapie sonore par la contrainte s’est avéré être une approche convenable à la récupération des SNHL [6].

En conclusion, ce rapport de cas présente le rétablissement de la fonction de l’équilibre, de la récupération auditive unilatérale, et des fonctions cognitives chez une patiente atteinte d’hémorragie sous-arachnoïdienne (SAH) et d’hydrocéphalie traitée par shunt. Au protocole de réhabilitation conventionnel nous avons ajouté le traitement Hipérion (AFAT).

Présentation clinique

Femme de 54 ans admise dans l’unité SSR pour une thérapie après AVC. D’abord, la patiente avait cinq mois d’antécédents invalidants à la suite d’une hémorragie sous arachnoïdienne (SAH). En effet, cette dernière avait été causée par une rupture d’anévrisme de l’artère communicante antérieure, impliquant l’aire frontale antérieure et la fissure sylvienne. De plus, la patiente présentait également les effets d’une hydrocéphalie suite à l’SAH. Par conséquent, après le traitement avec l’implantation d’un shunt ventriculopéritonéal, ces effets ont duré environ un mois et demi. En fait, lors de l’admission en SSR pour la thérapie après AVC, l’examen neurologique de la patiente montrait une posture instable, une hémi-hyposthénie gauche, une hémi-hypoesthésie gauche, une ataxie  gauche, un état confusionnel comprenant désorientation temporo-spatiale et trouble de la mémoire. À au moment de son admission à l’hôpital, la patiente était dépendante pour aller aux toilettes, pour s’habiller et se déplacer.

Évaluations des fonctions neurologiques avant la neuroréhabilitation

À l’admission, avant d’entamer la thérapie après AVC, l’évaluation des fonctions physiques a été réalisée selon l’échelle de Held et Pierrot-Desseilligny montre un déficit moteur généralisé (tableau 1). A cet égard, la mesure de l’indépendance fonctionnelle (FIM), l’échelle de l’équilibre de Berg (BBS) et les scores au Mini-Mental State Examination (MMSE) ont été 35/126, 6/56 et 6/30, respectivement. Dans ces conditions, en plus du traitement pharmacologie (venlafaxine et nicardipine), la patiente a suivi un programme de neuroréhabilitation comprenant kinésithérapie et ergothérapie.

Début traitement Hipérion

Deux semaines après le début du programme conventionnel de neuroréhabilitation, face à la persistance d’une catatonie, de déficits neuro-cognitifs et moteurs, un protocole de stimulation auditive AFAT a été ajoutée.

Tableau 1
Fonctions physiques Jour d’admission
Transfer Peut marcher avec l’aide une personne
Se tourner Peut tourner avec l’aide d’une personne
Equilibre postural assis Peut rester assise avec perte d’équilibre
Equilibre postural debout Peut rester debout avec l’aide de deux personnes
Position unipodale Ne peut pas
Marche Peut marcher avec l’aide de deux personnes
Held et Pierrot Desseilligny Jour d’admission
Membres supérieurs 2/5
Membres inférieurs 3/5
Table 1. Bilan des fonctions physiques et de l’échelle de Held et Pierrot-Desseilligny.
La stimulation auditive alternée et filtrée (AFAT) et l’audiométrie à tons purs (PTA)

Premièrement, conformément à la norme ISO 389-8:2004 (F) [7,8], l’audiométrie à tons purs (PTA) a montré des seuils d’audition inférieurs à gauche, s’étendant de 5 à 25 décibels (dB-HL) ou plus par rapport à l’oreille droite (figure 1). En effet, moyennement, l’écart entre les deux oreilles était de 15,30 dB-HL. C’est pourquoi, suite au PTA, la patiente a reçu le traitement AFAT pendant 20 jours consécutifs, en raison d’une séance par jour, pendant 30 minutes chaque jour.

Seuils d'audition gauche et droite
Figure 1. Audiogramme avant le début du traitement auditif AFAT. L’écart moyen entre les seuils des deux oreilles est de 15.30 dB (HL).

Le programme AFAT a utilisé des musiques sélectionnées selon quatre critères :

1. Spectre sonore : ample spectre fréquentiel compris entre 125 et 10.500 Hz et plus ;

2. Dynamique : ample dynamisme des musiques ;

3. Le tempo : 110 à 140 battements par minute (bpm) ;

4. Genres musicaux : musiques instrumentales classiques, jazz et populaires.

Protocole Hipérion (AFAT)

Une écoute monophonique a été utilisée avec un casque de type ouvert.

La stimulation AFAT a été réalisée à l’aide d’un logiciel qui a modifié les musiques sélectionnées selon trois éléments :

1. Un effet de bascule fréquentielle (graves/aigus) ;

2. Une égalisation du retour fréquentielle au casque ;

3. Un effet de bascule latérale (droite/gauche).

Ci-après, les modifications en détails apportées au programme AFAT :

L’effet de bascule fréquentielle (graves/aigus) :

Dans l’ensemble, l’appareil provoque des contrastes par des changements imprévisibles du timbre des musiques. Ainsi, le cerveau est exposé alternativement et rapidement, à deux positions de filtrage opposées (filtre passe-haut et filtre passe-bas). De ce fait, les contrastes, rapides, imprévisibles et répétés ont été réglés à ± 90 modulations/minute.

Égalisation des fréquences :

Le dispositif intègre un égaliseur pour chaque oreille. A cet égard, Les égaliseurs peuvent augmenter ou diminuer la sortie du niveau sonore pour chaque plage fréquentielle comme montré en figure 2. Par conséquent, la préférence a été donnée à la stimulation des fréquences perdues. Du coup, les seuils d’audition plus élevés (pics) ont été filtrés alors que les seuils d’audition inférieurs (creux) n’ont pas étés modifiés ou n’ont été que légèrement amplifiés.

Effet de bascule latérale (droite/gauche) :

Or, en utilisant une stimulation en alternance droite/gauche, une préférence a été donnée à l’oreille affectée (gauche). Compte tenu que l’écart moyen des seuils d’audition entre les deux oreilles étant de 15,30 dB-HL, une réduction de -15 dB a été appliquée à l’oreille droite.

Thérapie Hipérion après un AVC.
Figure 2. Interface du traitement AFAT. En haut : traitement canal gauche. En bas : traitement canal droite. On observe le filtrage par les potentiomètres pour chaque canal.
Résultas suite au protocole de neuroréhabilitation

Trois semaines après le début du programme d’écoute AFAT, la moyenne de l’écart auditif entre les deux oreilles c’était réduite à 7,20 dB-HL (figure 3). Lors de la consultation psychiatrique, la patiente a montré un discours clair et cohérent, elle était bien orientée.

Seuils d'auditions gauche et droite
Figure 3. Audiogramme, fin du traitement auditif AFAT. L’écart moyen entre les seuils des deux oreilles est réduit à 7.20 dB-HL.

Aucun symptôme de dépression n’a été retrouvé, ni de pensées dépressives. La patiente a été en mesure de faire des plans pour la futur. Un mois après la fin du programme AFAT, la patiente était sortie de l’hôpital, et l’écart auditif moyen entre les deux oreilles c’était réduit à 0,62 dB-HL (figure 4).

Seuils d'audition gauche et droite
Figure 4. Audiogramme, un mois après la fin du traitement auditif AFAT. L’écart moyen entre les seuils des deux oreilles est réduit à 0.62 dB-HL.
Résultats fin parcours

Les seuils d’audition gauche moyens ont augmenté de 14,68 dB-HL par rapport avec l’audiogramme avant le protocole AFAT. L’oreille gauche a montré une récupération notable sur plusieurs fréquences, notamment aux fréquences graves comme à 500 Hz (+35 dB-HL) et à 250 Hz (+25 dB-HL). Or, pendant la consultation neurologique de suivi, la patiente présentait une motricité corporelle beaucoup améliorée, une bonne orientation temporo-spatiale et un humeur stable. De remarquables améliorations ont été retrouvées dans les échelles suivantes : FIM 80/126, BBS 45/56, et MMSE 28/30. À un mois des le début de la stimulation AFAT, son poids corporel a augmenté de 7 kg, soit 45 kg (IMC = 14,38).

Visite de contrôle 2 mois après

Conformément, lors de la consultation de contrôle, deux mois après la fin de la thérapie après AVC, la patiente était coopérative, son discours était cohérent et bien structuré. Elle a pu discuter de son travail et a pu communiquer spontanément. Cependant, lors de l’entretien, elle avait un déficit émotionnel restant même si les scores FIM et Montreal Cognitive Assessment (MOCA) étaient respectivement 105/126 et 27/30. L’évaluation de l’équilibre n’a montré aucune hypoesthésie et aucun trouble de l’équilibre.

Les scores aux échelles

L’évaluation de ses activités de la vie quotidienne a montré qu’elle était indépendante pendant la journée, même si elle avait besoin d’aide au cours de la nuit. En bref, un résumé de l’évaluation des déficits moteurs de l’échelle Held et Pierrot-Desseilligny sont indiqués dans le tableau 2.

Tableau 2
Fonctions physiques Consultation de contrôle (2 mois plus tard)
Transfers Autonome
Se tourner Autonome
Equilibre postural assis Autonome
Equilibre postural debout Peut rester plus de 2 minutes
Position unipodale Peut rester dix secondes avec les yeux fermés
Marche Autonome en journée – avec surveillance la nuit
Held&Pierrot Desseilligny Consultation de contrôle (2 mois après)
Membres supérieurs 4/5
Membres inférieurs 5/5
Table 2. Bilan de contrôle montrant les fonctions physiques et l’échelle de Held et Pierrot-Desseilligny.
Discussion
Corrélation seuils et amélioration équilibre

En conclusion, le cas présenté est une démonstration d’un lien existant entre l’amélioration des seuils auditifs, l’amélioration de la fonction de l’équilibre et l’amélioration notable des fonctions cognitives chez une patiente ayant suivi une neurorééducation suite à une hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) suivi d’une hydrocéphalie traitée par shunt. D’ailleurs, une étude précédente, utilisant le National Health and Nutrition Base de données des enquêtes d’examen (2001-2004), a montré que chaque perte d’audition à hauteur de 10 décibels (dB-HL), augmente le risque de chutes de 1,4 [9]. Finalement, en appliquant cette association au 14,68 dB-HL gagnés à l’audition gauche, la récupération de l’équilibre pourrait être associé à cette récupération et non à notre thérapie après AVC.

Amélioration grâce à la plasticité cérébrale ?

Cependant, compte tenu de l’état clinique complexe de la patiente, certains points importants doivent être pris en considération. Mais, il est possible que la récupération de l’audition et de l’équilibre soient associés à une résolution naturelle après le traitement shunt contre l’hydrocéphalie et non à notre thérapie après AVC. Cependant, la perte auditive peut avoir des complication à long terme chez les patients atteints d’hydrocéphalie traitée par shunt [10].

Le rôle de la stimulation Hipérion

Puisque le système auditif a une entrée sensorielle et motrice, le lien entre la récupération auditive et l’amélioration des performances dans la mesure de l’indépendance fonctionnelle (FIM), dans l’échelle d’équilibre de Berg (BBS) et dans l’examen du mini-mental-state (MMSE) pourraient s’expliquer par l’amélioration possible dues à la plasticité cérébrale intensifiée et induite notamment par l’entraînement auditif AFAT. En fait, il a été démontré qu’écouter régulièrement de la musique suite à un AVC peut entraîner une réorganisation structurelle du cerveau en convalescence [4]. En revanche, il faut également considérer que la négligence hémispatiale n’est pas nécessairement associée à l’hemi-négligence auditive, et les deux conditions pourraient ne pas être associées [11].

Proposition innovante d’intérvention

Donc, il serait utile de procéder à une audiométrie et à un examen audiologique post-AVC et post-hydrocéphalie pour ce type de patient afin d’identifier une possible déficience auditive et à définir un diagnostic plus précis conduisant à une thérapie après AVC bien appropriée [12]. Au delà du lien possible entre équilibre et récupération auditive, une thérapie après AVC de type auditif devrait être recommandé afin d’améliorer l’organisation neuronale du cerveau [4]. C’est pourquoi, une stimulation auditive précoce après un AVC aiderait également à éviter une réorganisation inadaptée du cortex après une perte d’audition neurosensorielle unilatérale (SNHL) [13]. En effet, ce rapport de cas démontre que la stimulation AFAT représente un traitement non invasif, peu coûteux et sans effets secondaires.

Conclusions

En conclusion, à la connaissance des auteurs, ce rapport représente le premier cas signalé faisant un lien d’une thérapie après AVC entre la restauration de l’équilibre, la récupération de l’audition et une amélioration notable des fonctions cognitives suite à une HSA suivie d’une hydrocéphalie traitée par shunt. D’ailleurs, les conclusions ci-haut confirment l’importance de l’évaluation auditive dans ce groupe de patients, et soutient le bénéfice d’une thérapie après AVC dans une approche multidisciplinaire et complémentaire, qui pourrait être intégrée en neuroréhabilitation pour améliorer à la fois la perception auditive et le rétablissement de l’équilibre comme des fonctions cognitives. Finalement, cet article rend compte également de la nécessité de conduire des études complémentaires sur le rôle de la fonction auditive dans les troubles de l’équilibre et des fonctions cognitives.

Remerciements

Les auteurs remercient le Docteur Jean-Michel Issartel pour avoir fourni gracieusement le matériel pour la stimulation Hipérion (AFAT).

Références

1. Horak FB: Postural orientation and equilibrium: What do we need to know about neural control of balance to prevent falls? Age Ageing, 2006; 35–S2:ii7–ii11

2. Chen DS, Genther DJ, Betz J, Lin FR: Association between hearing impairment and self-reported difficulty in physical functioning. J Am Geriatr Soc, 2014; 62: 850–56

3. Satzer D, Guillaume DJ: Hearing loss in hydrocephalus: A review, with focus on mechanisms. Neurosurg Rev, 2016; 39: 13–24

4. Särkämö T, Ripollés P, Vepsäläinen H et al: Structural changes induced by daily music listening in the recovering brain after middle cerebral artery stroke: A voxel-based morphometry study. Front Hum Neurosci, 2014; 8:245

5. Ripollés P, Rojo N, Grau-Sánchez J et al: Music supported therapy promotes motor plasticity in individuals with chronic stroke. Brain Imaging Behav, 2016; 10: 1289–307

Références séconde partie

6. Sekiya K, Fukushima M, Teismann H et al: Neuro-rehabilitation approach for sudden sensorineural hearing loss. J Vis Exp, 2016; (107): e53264

7. Han LA, Poulsen T: Equivalent threshold sound pressure levels for Sennheiser HDA 200 earphone and Etymotic Research ER-2 insert earphone in the frequency range 125 Hz to 16 kHz. Scandin Audiol, 1998; 27(2): 105-12

8. ISO 389–8 Acoustics – Reference zero for the calibration of audiometric equipment – Part 8: Reference equivalent of threshold sound-pressure levels for pure tones and circum-aural headphones. International Organisation for Standardisation: Geneva, Switzerland. 2001

9. Lin FR, Ferrucci L: Hearing loss and falls among older adults in the United States. Arch Intern Med, 2012; 172: 369–71

10. Panova MV, Geneva IE, Madjarova KI, Bosheva MN: Hearing loss in patients with shunt-treated hydrocephalus. Folia Med, 2015; 57(3–4): 216–22

11. Spierer L, Meuli R, Clarke S: Extinction of auditory stimuli in hemineglect:Space versus ear. Neuropsychologia, 2007; 45(3): 540–51

12. Koohi N, Vickers DA, Lakshmanan R et al: Hearing characteristics of stroke patients: prevalence and characteristics of hearing impairment and auditory processing disorders in stroke patients. J Am Acad Audiol, 2017; 28(6):491–505

13. Okamoto H, Fukushima M, Teismann H et al: Constraint-induced sound therapy for sudden sensorineural hearing loss – behavioral and neurophysiological outcomes. Audiol, 2017; 28: 491–505

Continuez la lecture en ligne – version anglaise :
Milantoni N, Di Bella N, Chahbazian K. Rétablissement de la fonction de l’équilibre et des fonctions cognitives suite à un AVC traité par la stimulation Hipérion. Am J Case Rep..2018 Aug 10;19:935-940