Troubles anxieux


Autisme – Troubles émotionnels et cognitifs

Autisme et perception sociale
Autisme et perception sociale

Dans le domaine de l’autisme, l’imagerie cérébrale met en évidence un retard de la maturation des lobes frontaux et/ou temporaux. Effectivement, dans certains cas on assiste à une réaction anormale du cortex cérébral aux stimuli sensoriels. Or, le sillon temporal supérieur (STS), qui est une aire auditive, joue un rôle important dans la perception sociale. Par exemple, les mesures préliminaires de la mesure des mouvements du regard – eye tracking – démontre que moins les enfants regardent les yeux des personnages, moins ils ont de fibre blanche dans le sillon temporal supérieur. En effet, il existe une correlation avérée entre le sillon temporal supérieur et la perception sociale. Ci-après, une des recherches de Monica Zilbovicius et son équipe :


Conférence de Monica Zilbovicius, INSERM – Cerveau et autisme 1/2


Conférence de Monica Zilbovicius, INSERM – Cerveau et autisme 2/2


Cerveau auditif et autisme : le rôle du sillon temporal supérieur

Autisme et hypersensibilité auditive

Les thérapeutes utilisant la thérapie Hipérion® attendent deux actions principales : d’une part, une amélioration de l’hyperaudition douloureuse, particulièrement fréquente chez les autistes. Et d’autre part, une amélioration de l’état psychologique, de leur comportement, de leur capacité d’attention et d’apprentissage. Que ces patients soient autistes ou non…

– Dr. Jean-Michel Issartel –
Hypersensibilité au bruit. Santé Intégrative, 2008

De même, l’étude ci-dessous montre le rôle des muscles de l’oreille moyenne (muscle tenseur du tympan et muscle stapedien) dans la réduction de l’hypersensibilité auditive dans les TSA :

Réduction de l’hypersensibilité auditive dans les troubles du spectre autistique, Front Pediatr. 2014 (version anglaise)

Réduction de l’hypersensibilité auditive dans les troubles du spectre autistique, Front Pediatr. 2014 (version française)


Troubles du comportement

Les composantes du comportement
  • Manque de confiance en soi, affirmation de soi
  • Trouble de la personnalité schizoïde, apathie, inhibitions, difficultés à agir
  • Troubles des conduites alimentaires (TCA) : anorexie, boulimie, hyperphagie.

Troubles cognitifs et langage

  • Concentration, mémoire, dyslexie, dysorthographie, dyscalculie
  • Difficultés d’élocution (débit, bégaiement)
  • Apprentissage des langues étrangères

Somatisations

  • Insomnie, asthénie, migraines
  • Stress
  • Syndrome de fatigue chronique (SFC)
  • Fibromyalgie (intégrée à une prise en charge pluridisciplinaire)